EDF : Une virée nocturne pour cacher les véritables maux du football français

Par Johann Alessandroni
19 octobre 2012

C’est reparti, le football français a un nouveau scandale. Cette fois, on retrouve Yann M’Vila, Chris Mavinga, Wissam Ben Yedder, Antoine Griezmann et Mbaye Niang qui se sont octroyés une sortie nocturne sur Paris, alors que le groupe des espoirs français préparait le match retour pour les barrages de qualification pour l’Euro 2013. Condamnable, cet incident permet néanmoins de cacher les véritables maux du football français et les acteurs qui passeront, eux, à côté d’une sanction.

Chris Mavinga

L’équipe de France espoirs, à l’image de Chris Mavinga, a sombré en Norvège. (AFP)

Récit d’une piteuse élimination

On est samedi soir, pendant que les jeunes filles se maquillent à outrance pour se déhancher en boîte de nuit, les jeunes hommes se préparent aussi pour sortir et mater de jolis fessiers. Tous ? Non ! Car un hôtel havrais qui accueille d’irréductibles footballeurs fait figure d’exception. L’équipe de France espoirs est à trois jours du match retour de barrage en Norvège pour se qualifier à l’Euro 2013.
Après la victoire 1-0, le plus dur n’est pas encore fait et il faudra être solide et concentré en terre nordique. Sérieux et désireux de se préparer au mieux pour cette difficile rencontre, les jeunes joueurs vont se reposer. Tous ? Non ! Certains ont décidé de s’amuser, on retrouve en tête de file Yann M’Vila, son coéquipier du Stade Rennais, Chris Mavinga, Wissam Ben Yedder, révélation toulousaine, Antoine Griezmann, perle de la Sociedad, et Mbaye Niang, conducteur sans permis milanais.

Nous sommes donc au Havre, mais les joueurs ont leurs habitudes. Faut dire que les Champs-Elysées, c’est hype et on peut y retrouver les collègues, Ezequiel Lavezzi certainement. Quitte à faire le mur, autant le faire bien et se faire une virée à Paname. Direction une discothèque en taxi, coach Mombaerts dort profondément pendant ce temps et imagine déjà des compositions et idées novatrices, sa marque de fabrique (sic). Pour les cinq joueurs, la nuit est appréciable, entre levé de coude et vue agréable.
De retour au petit matin, Mombaerts décide de ne pas sanctionner les joueurs, si ce n’est Ben Yedder, peut-être, qui est envoyé en tribune. La suite, on la connait. La France est honteusement humiliée en Norvège en s’inclinant 5-3. Le retour au pays ne se fait pas sans mal de tête, pas pour les mêmes raisons pour tout le monde. Le début d’un nouveau scandale et d’un passage à la commission de discipline. Attention, le maître va punir.

Yann M'Vila

Yann M’Vila reste un jeune homme de 22 ans, qui n’a pas encore passé le cap de la maturité.

Des benêts plus que des garçons mal élevés

Inadmissible, difficile de trouver un autre adjectif pour qualifier le comportement des cinq espoirs du football français. Si l’on regarde cet évènement avec un peu de recul, on voit cinq jeunes hommes, respectivement âgé de 22, 21, 22, 21 et 17 ans si l’on suit l’ordre cité plus haut. On aperçoit aussi cinq gamins qui ont eu pour jeunesse travail et discipline pour parvenir à passer professionnel. Le retour de bâton est violent, l’envie de s’amuser et surtout, de braver les interdits, est trop forte. Ce besoin de vivre dans leur petit monde, de retrouver une vie presque normale, car leur sortie n’est pas non plus comparable à monsieur tout le monde.
Est-ce que l’on peut leur reprocher cette virée nocturne ? Oui naturellement, mais ils sont nombreux à le faire sans que le grand public en soit informé. Finalement, le club des cinq n’est pas malin, juste naïf et benêt. Quitte à sortir, pourquoi ne pas s’offrir une soirée privée, en toute discrétion, en évitant les photos, plutôt que de s’afficher comme des stars.

Compréhensible, leur sortie est mal venue dans l’ambiance actuelle qui règne concernant le football français. De retour chez les espoirs, Yann M’Vila se disait heureux de trouver ses collègues, on n’imaginait pas que ce serait pour faire la fête. S’il a été au niveau sur les deux matchs, il a vécu un épisode douloureux en Ukraine, mais n’a toujours pas compris la leçon et s’enfonce au lieu de se comporter en garçon réfléchi, en leader, en dissuadant ses amis fêtards. Que dire de son coéquipier Chris Mavinga qui a livré une prestation minable ? Faire le rapprochement avec la sortie serait simpliste, mais elle sera forcément mise en avant. Un épisode dont se serait bien passé le football français, un nouveau coup dur pour les jeunes pousses françaises. Certains n’ont pas démérité, comme Josuha Guilavogui qui s’est confié, et confirment que nos jeunes joueurs ne sont pas tous aussi irréfléchis.

FranceUn incident qui soulage nos grands penseurs

Naturellement, les joueurs seront sanctionnés, on pense notamment à l’insensé Yann M’Vila qui s’enfonce dans la connerie. Si on peut comprendre et expliquer leur acte, il n’en est pas moins condamnable. Toutefois, n’oublions pas le plus important. Cet incident met de côté ce qu’on doit retenir et analyser : l’élimination et le nouveau déboire de l’équipe de France espoirs. L’éducation doit être mise en avant dans nos centres de formation, il faut inculquer cette notion de respect.
Le niveau footballistique de nos jeunes joueurs doit, à nouveau, être remis en question. Ces joueurs dont on dit le plus grand bien, qu’on élève au rang de star et pilier avant l’heure, n’auraient donc pas le niveau ? A force de se voir trop beau, notre pauvre football français s’enfonce dans la bêtise. Il vaut mieux ignorer les véritables problèmes que de s’y attaquer, plus facile et moins fatigant, surtout à l’âge de nos décideurs.

Revenons donc au véritable évènement, non pas la classique, banale et maladroite sortie en discothèque, mais la fausse démission de Mombaerts. En France, quand un entraîneur national se loupe, il garde quand même une place bien au chaud pour laisser un autre vieux briscard prendre le relais. Les idées sont les mêmes, la philosophie ne change pas, le grand manitou Gérard Houllier donnait sa potion pour endormir tout le monde, François Blaquart fait de même. En temps de crise, être à la DTN ou la FFF est un gage de sûreté pour toute une carrière. Aux futurs diplômés, vous savez où vous orientez, votre siège en or massif vous attend.
Les sanctions ne sont pas pour tout le monde, certains s’en sortent mieux que d’autres. Ils peuvent répéter les erreurs, rester sur le chemin de l’ignorance et l’incompétence, la patrouille des médias les ignore. Comme par magie, lorsqu’on commence à pointer de loin les véritables problèmes, un nouvel épisode apparaît dans la série des déboires des footballeurs français, pratique n’est-ce pas. Loin de moi l’idée de défendre et ignorer la sortie du club des cinq, mais dédramatiser permet aussi de voir où résident les maux du football français.

13 Commentaires

  1. Rimward

    19 octobre 2012at9 h 35 min

    Certes, mais quels sont-ils alors les maux du football français ?

  2. Roland Gromerdier

    19 octobre 2012at9 h 44 min

    C’est vrai que le fait que Girard démissionne mais reste quand même en place à la DTN est assez scandaleux. En gros, on adoube un mec qui s’est planté pendant 5 ans à un poste dans lequel il est censé donner la bonne direction au foot français. Bravo, c’est du génie.

    Sinon, pour en revenir aux club des 5 : rien à foutre de ces mecs. S’ils étaient en entreprise, on appellerait ça faute grave et ils se feraient lourder. Qu’ils ne foutent plus les pieds en équipe de France avant un moment, et s’ils sont capables de mûrir, on verra plus tard.

  3. Roland Gromerdier

    19 octobre 2012at9 h 44 min

    J’ai dit Girard : lapsus. Je parlais bien sûr de Mombaerts.

  4. FT10

    19 octobre 2012at12 h 32 min

    Le monde entier se fout de la gueule du football français. Et pour cause ? A la fin de chaque compétition internationale, certains faits et gestes de certains abrutis ressortent au grand jour. Pour moi, le football français est mort. Vive le football français !

  5. Sekhmet

    20 octobre 2012at18 h 26 min

    Je suis curieux de savoir dans quel entreprise on peut se faire lourder pour avoir fait la fête avant le week-end ?
    Peut-être aurais-tu quelques exemples pour nous éclairer ? 🙂

  6. Modeste

    20 octobre 2012at19 h 37 min

    Donc il faudrait limite radier Mombaerts le sale incompétent dépendant du résultat de ses joueurs, mais Mvila qui fait passer les bouteilles de whisky dans les chambres ou le groupe des 5 qui va se défoncer à 200kms de Paris alors qu’il y a match important 3 jours plus tard, sont benêts mais c’est pas trop grave ?
    La faute est plus que partagée à mon avis.

  7. Saplot

    20 octobre 2012at22 h 18 min

    Nan mais sans déconner, cette histoire est ridicule ! Cinq gamins de 15 à 22 ans vont faire la jaille trois jours (Trois jours ! C’est pas comme s’ils allaient jouer avec la gueule de bois non plus.) et tout le monde leur tombe sur le paletot. Je trouve ça sain, à titre personnel, des jeunes qui n’ont pas envie de jouer les moines à cause de ce qui n’est, au final, qu’un jeu. C’est leur métier, oui, mais que celui qui n’a jamais bossé avec la gueule de bois leur jette la première canette.

  8. Saplot

    20 octobre 2012at22 h 19 min

    Merde, bien sûr, ils ont été faire la jaille trois jours avant le match, pas pendant trois jours, évidemment, imbéciles.

  9. Alan

    21 octobre 2012at18 h 04 min

    Entièrement d’accord avec toi, on n’oublie que les joueurs professionnels n’ont pas eu de jeunesse ou pas la même que d’autres. C’est tout au plus une connerie, on peut s’étonner qu’ils aient été aligné sur le terrain par contre ! Sinon, je n’ai pas compris un seul des sous-entendus que tu fais en fin de billet… la DTN, la FFF, les erreurs répétées, cela m’intéresse, que sous-entends-tu?

  10. Johann Alessandroni

    21 octobre 2012at18 h 16 min

    Je parle des erreurs répétées à tous les niveaux en fait (reconduction de Domenech, politique arriérée, protection des « amis », formation en déclin depuis des années, etc.). Cela me semble bien plus important que la sortie des cinq joueurs, même s’ils doivent naturellement être sanctionnés.

  11. merluchon président

    22 octobre 2012at15 h 36 min

    Peut-on juste se dire désolé que les mecs sortent jusqu’à 6du à 3j de s’envoyer à l’Euro (ou pas) ?
    Qu’en plus, se joigne à eux un M’Vila au purgatoire. On peut juste regretter la débilité et le manque de recul…
    Et se dire qu’avec des mecs moins talentueux mais moins cons, on aurait peut-être une EdF à l’Euro.

    Ouais, ils ont 20/22 ans. Tu te mettais à l’envers avant tes partiels ? Après, autant que tu veux… mais avant ?
    Les mecs de ta promo qui se mettaient à l’envers AVANT les épreuves, tu aurais accepter que ton sort dépende du leur ?
    On y est : cette sortie est vraiment pas grave en soi. Ce qu’il l’est, c’est que c’est à l’occasion d’une selection en EdF, et pas après un match amical…

    Bref, on a gagné en 98 avec des Deschamps, des Blanc, des Boghossian, etc. des mecs pas brillants techniquement, pas au dessus du lot physiquement.
    Juste vachement moins con que les autres. Quand tu entends Iniesta parler, quand tu vois ce que fait maintenant le petit gros ‘Platoche’, tu te dis que ce sont les joueurs intelligents qui te font gagner.
    En revanche, les coups de tête de petites frappes surdouées, c’est moins sur.

  12. Gilou

    22 octobre 2012at23 h 19 min

    Avant les épreuves, donc là veille, la soirée s’est passée 3 jours avant !
    Sinon, oui, il n’y a eu aucun débat de fond sur les espoirs, la chose qui en est ressortie, c’est cet écart…
    On noie le poisson dans l’eau et tout le monde est content ! Et en plus, nos moralistes du dimanche s’excitent !

  13. GILOOSE57

    24 octobre 2012at16 h 56 min

    parfait, tout est dit ! je n’ai même pas besoin d’user mon clavier ; merci merlu

Plus dans Équipe de France, France
Sharkfoot #13 : Josuha Guilavogui, « Le géant vert du Chaudron »

Durant tout le mois d’octobre, la Rédaction a décidé de vous faire découvrir le magazine Sharkfoot. Ainsi, 4 dossiers, tous tirés...

Fermer